Le paper-board avec les phrases « A quoi pensez-vous en entendant le mot Paix »

Le paper-board avec les phrases « A quoi pensez-vous en entendant le mot Paix »

Au cœur de l’église dans la chapelle latérale tout près de Notre Dame de la Paix, un simple paper-board « A quoi pensez-vous en entendant le mot Paix ». Cette phrase écrite en Français, Anglais, Allemand et Néerlandais invite le visiteur à laisser un message sur un cahier posé à proximité. Un peu d’espace blanc sur le papier et voilà que nous découvrons avec joie et émotion cette même phrase écrite spontanément par d’autres visiteurs du monde entier.

Quel symbole ! Celui de se vouloir investi dans cette recherche de la Paix ? Celui de se reconnaitre dans sa propre langue ? Celui de manifester que l’on vient de bien loin parfois sur ces traces de l’Histoire ? Celui de signer son passage dans cette église où brûlent tant de veilleuses, petites flammes vacillantes riches des intentions du monde entier et du secret de chacun.

Que chacun se reconnaisse dans cette phrase, que chacun puisse aussi y mettre un peu de soi et n’hésite pas à compléter.
Sr. Anne-Françoise Angomard

A quoi pensez-vous en entendant le mot Paix?français
What do you think when you hear the word Peace?anglais
Woran denken Sie beim Wort Frieden?allemand
Wat denk je als je het woord Vrede hoort?néerlandais

Qué piensas cuando oyes la palabra Paz?espagnol
Que pensas cuan escoitas a parola Paz?galice
Hvad taenker du når du hører ordet Fred?danois
Què penses quan dius la paraula Pau?catalan
Ti skepseis otan akous ten lexe Eirene?grec
A che cosa pensi quando senti la parola Pace?italien
Zer pentsatzen duzu Bake hitza entzutean?basque
Que pensas quando ouves a palavra Paz?portugais
Mi jut eszedbe ha azt hallod Béke? et Mire gondolsz amikor a Béke szót hallod?hongrois

Premières impressions d’un témoin…

La nouvelle fresque sur le bunker à Fourcaville

La nouvelle fresque sur le bunker à Fourcaville

En cet après-midi du 29 juillet 2012, le soleil était au rendez-vous pour l’inauguration d’un espace de Paix. Sur un bunker de FOUCARVILLE fleurit désormais une fresque aux couleurs de mer et de soleil ! Des adultes, hommes et femmes, élus municipaux et civils, des enfants aussi étaient là présents. L’arc-en-ciel et la colombe de la paix ouvrent sur ce mur un horizon d’espoir et de liberté, même s’ils n’effacent pas les traces de la guerre. A celui qui s’arrête à regarder, le sens du tableau apparaît.

Dans le cadre d’un échange franco-allemand, 27 élèves de l’école Janusz Korczak à Bottrop en Allemagne, aux nationalités diverses, sont venus avec leurs enseignants peindre ce vivant tableau pour dire la Paix en ce pays de Normandie. Ce projet « De la destruction à la libération » a été organisé autour du D-Day.
Au- dessous du tableau, une inscription en français, anglais et allemand attire notre attention : « Qui change les enfants change le monde. »
Oui, la Paix peut gagner lorsque des enfants aidés par des adultes transforment le gris d’un mur de guerre en couleurs de la vie !

Il est bon de s’y arrêter. Nous avons même pu voir des fleurs blanches pousser sur des épaisseurs de béton : elles se joignent aux enfants pour chanter que la vie finit toujours par l’emporter sur toutes les duretés.
Merci à ceux et celles qui ont travaillé à donner ce nouveau signe d’espoir en un avenir de Paix pour le monde.
Sr. Simone Delaunay

Traverser le "marais dangereux"

Traverser le « marais dangereux »

Hier nous avons essayé de jouer la Paix avec un groupe de scouts de Bretagne.
29 scouts ont dormi dans notre grange, ils ont travaillé un peu dans notre jardin et ils étaient prêts de jouer à des jeux difficiles.
Par exemple à se mettre debout sur des chaises et à se classer par grandeur – naturellement sans quitter les chaises.
Un autre jeu consistait à traverser un marais dangereux – notre pelouse s’était transformée en marais pour quelques instants. Cela n’était possible qu’avec de petits tapis. Mais chaque petit tapis qui restait sans être touché disparait aussitôt dans le marais.
Les scouts pouvaient aussi expérimenter combien de chaises étaient nécessaires pour 29 personnes : maintenant nous savons : 29 scouts arrivent à se mettre sur 9 chaises.
A l’occasion d’une petite réflexion avec les jeunes j’ai demandé pourquoi on peut parler de jeux pour la paix. Les louveteaux ont dit : « Personne n’a gagné et personne n’a perdu. Il n’y a pas eu de confrontation. Il nous fallait nous aider et avoir confiance les uns dans les autres. »
Ces réactions m’ont touchée. Peut-être est-ce vraiment possible de « jouer la Paix ».

 « 1 2 ... 31 32 33 34 35 »
SMMP